Merci de patienter...

Sabre d’initié

  • Type d’objet : Objet
  • Géographie : Afrique – Afrique occidentale – Sénégal – Tambacounda (département) – Kedougou – Salimata – Etyolo
  • Culture : Afrique – Bassari
  • Date : avant 1961
  • Matériaux et techniques : Paille de mil tressé, peau d’antilope
  • Dimensions et poids : 60 x 20 x 3 cm, 265 g
  • Mission : Robert Gessain ; Précédente collection : Musée de l’Homme (Afrique) ;
  • Exposé : Non
  • Numéro d’inventaire : 71.1961.70.30.1-2

Sabre d’initié : atyas and khore. Sabre en fer à lame courbe et dos concave dont l’extrémité proximale rétrécie, entourée d’une bande de coton, sert de manche et se termine par un bouton d’aluminium de section carrée à extrémité pyramidale. La lame est serrée dans un fourreau inamovible constitué par deux planchettes de rônier fixées de part et d’autre de la lame par des bandes de coton et recouvertes d’une vannerie de paille de mil. Celle-ci, de type natte, croisée 2/2, comporte des montants brillants tandis que les brins sont mats et peints en noir. L’extrémité distale du fourreau est recouverte de peau de chèvre sur 15 cm puis de six bandes de feutrine rouge alternant avec bandes de peau de mouton non épilée qui couvrent 21 cm. La vannerie de paille de mil apparaît alors sur 23 cm et une bande de peau de chèvre recouvre les 4 cm de l’extrémité proximale du fourreau. Neuf touffes de laine rouge de longueur décroissante sont fixées au bord intérieur du fourreau, dans sa partie distale, par des fils de coton sur lesquels sont enfilées deux petites perles discoïdes blanches bəñatukəmə. Une touffe de poils de chèvre orne la pointe du fourreau. Un poignard dont la lame présente une légère courbure vers la pointe est fixé au sabre par un lien de cuir formant brelage dans la partie où le fourreau de paille est visible. Une des extrémités, amincie pour servir de manche, est terminée par un bouton de fer de section circulaire à extrémité tronconique. Il est lui aussi recouvert d’un fourreau inamovible, constitué de deux lattes de rônier maintenues par des bandes de tissu de coton visibles dans la partie proximale. La partie distale est couverte par des bandes de feutrine rouge alternant avec de la peau de vache non épilée. L’extrémité est ornée par un flot de lanières de peau d’antilope de 50 cm de long environ, dont la fixation, réalisée par une ligature de ficelle de coton, est cachée par une bande de peau de mouton non épilée. Une bretelle de peau d’antilope, fixée au sabre, permet de porter celui-ci à l’épaule.

Sabre d’apparat, porté par le jeune initié le dimanche de khore, et les jours qui suivent, jusqu’à son retour au carré de ses parents. Le sabre est ensuite conservé, débarrassé des touffes de laine rouge.

×

Panier